Tabatière avec le portrait miniature de Léopold II

L’acquisition de cette tabatière en or par le Fonds Christian Bauwens a permis de combler une lacune importante dans l’histoire de l’orfèvrerie en Belgique. Tant l’origine que le processus de création de cet objet de prestige sont particulièrement intéressants.

En admirant cette tabatière au couvercle émaillé bleu, le portrait miniature ovale du roi Léopold II saute aux yeux. Il s’inspire d’une photographie prise vers 1875 par Géruzet frères.). Comme sur le cliché, Léopold porte deux décorations : l’Ordre de la Toison d’Or et l’étoile du Grand Cordon civil de l’Ordre de Léopold. La première lui avait été décernée à l’occasion de son mariage avec Marie-Henriette d’Autriche par l’empereur François-Joseph et, la seconde, la même année, en 1853, pour son dix-huitième anniversaire. La plaque de l’Ordre de Léopold, réalisée par Gustave Wolfers, est désormais conservée au DIVA à Anvers.

Seize brillants encadrent le portrait dans un sertissage d’argent. Entre les feuilles de lierre en or, six autres brillants viennent compléter l’ensemble. Les parois latérales ont également fait l’objet d’une riche ornementation. La plaque du dessous a été fixée au couvercle à l’aide de rivets et le couvercle est doté d’une bordure, d’un panneau supérieur et d’un panneau intérieur. Des dessins figurent sur cette bordure, mais des recherches plus approfondies seront nécessaires pour établir leur signification.

La tabatière pourrait sortir des ateliers de C.M. Weishaupt Söhne à Hanau. Plusieurs autres tabatières également non marquées et liées à Léopold II ont pu être attribuées à cet atelier d’orfèvrerie. Difficile de dire si le fournisseur de la Cour Auguste Dufour est l’auteur du montage de la miniature. En tout cas, ce joaillier-orfèvre bruxellois a été payé à plusieurs reprises pour la livraison de tabatières et il s’était taillé une belle réputation à son époque pour ses bijoux et ses argenteries de table et d’apparat. À l’heure actuelle, il n’existe en réalité que peu d’exemples attestés de ses bijoux.

La tabatière provient probablement du patrimoine du prince héritier Rodolphe d’Autriche-Hongrie. À la naissance de sa fille Élisabeth-Marie et à la demande de la reine Marie-Henriette, une commande de bijoux et certainement aussi d’une tabatière avait été passée. Il est difficile de dire s’il s’agit de cet objet. Il est en tout cas certain que Dufour a régulièrement été payé entre 1901 et 1905 pour la création de tabatières ou pour des travaux sur ce type de pièce. Les tabatières faisaient souvent office de cadeau destiné à entretenir de bonnes relations.

En savoir plus sur le Fonds Christian Bauwens

Type : 
Tabatière
Material / technique : 
Or, brillants, argent, ivoire et verre
Dimensions : 
92 x 75 x 42 mm
Type of acquisition : 
Acquisition du Fonds Christian Bauwens
Year of acquisition : 
2015
Depository institution : 
DIVA. Musée de l’Orfèvrerie, de la Joaillerie et du Diamant